Rentrée 2005 : catastrophe annoncée

dimanche 9 janvier 2005

- Evolution des effectifs dans l’académie : moins 2522 élèves globalement pour le second degré et le post-bac

  • Collèges : moins 2347 élèves
  • Lycées et post-bac : plus 223 élèves
  • LP : moins 380 élèves

- Evolution de la dotation : moins 312 ETP (« équivalent temps plein »)

  • Collèges : moins 218 ETP
  • Lycées : moins 67 ETP
  • LP : moins 45 ETP
  • Réserve de 18 ETP

Toutes les baisses sont en emplois, ce qui va augmenter la proportion des heures supplémentaires.

- En trois ans, le second degré perd l’équivalent de 637 postes dans l’Académie !

GIF - 18.4 ko

La baisse des moyens à la rentrée 2005 dépasse largement ce que la baisse des effectifs pourrait mathématiquement entraîner, puisque, d’après le rectorat lui-même, elle justifiait « seulement » la perte de 170 postes. L’académie perd également 57 postes, qui sont les économies réalisées par le gouvernement en supprimant les TPE (moins 2 heures par classe de Terminale) et en réduisant les horaires de l’ex-première STT devenue STG (moins 3 heures par classe), sans les « rendre » sous forme des dédoublements en langues promis par le ministre. Enfin, pour faire bonne mesure, le « rééquilibrage entre académies » entraîne la perte de 10 postes supplémentaires ! (le Ministère continue de considérer notre académie comme surdotée, au niveau des collèges).

Le résultat : une dégradation de l’offre et des conditions d’enseignement, puisque les collèges vont perdre un poste par tranche de 8 élèves en moins et que les lycées, où les effectifs progressent un peu, vont perdre près d’un poste et demi par établissement, en moyenne. Toutes les suppressions le sont sous la forme de postes, ce qui va augmenter proportionnellement la part des heures supplémentaires, déjà importante dans l’académie (elle passe de 9,2 à 9,4 % de l’ensemble des moyens).

Les moyens pour la rémunération des personnels non titulaires diminuent de 58 ETP ; on est bien dans la logique de développement du chômage des précaires et d’imposition du remplacement aux enseignants en poste dans les établissements.

- Quelles conséquences dans les établissements ?

Les collèges et les lycées vont connaître leur dotation d’ici les vacances de février, les lycées dans les prochains jours, les collèges probablement peu de temps avant les vacances.

N’attendez pas pour rencontrer votre chef d’établissement afin d’avoir ses prévisions, et les répercussions en terme d’offre, d’effectifs par classe, de suppressions de postes, etc.

Discutez-en collectivement et réagissez par tous les moyens qui vous paraîtront adaptés localement (voir les suggestions dans l’appel intersyndical académique, page 3 de ce bulletin) ; n’hésitez pas à demander l’aide du S2 ou du S3 dans ces démarches.

Boycott du CTPA du 10 janvier (Comité Technique Paritaire Académique, présidé par le Recteur et consacré à la répartition de la dotation de rentrée 2005) : les organisations syndicales représentées au CTPA ont voulu marquer ainsi fortement leur refus d’une dotation qui va se traduire, à tous les niveaux, par des suppressions massives de postes, de classes et d’enseignements, par des dégradations des conditions de travail et d’emploi des personnels. Voir le texte commun.

Préparez la grève du 20 janvier pour un autre budget et une autre loi d’orientation !