Préparation de la Rentrée 2019 - CDEN du 4 février 2019

jeudi 7 février 2019

Préparation de la Rentrée 2019

Lors de ce CDEN [1], la FSU a pointé les conséquences des choix budgétaires dans les collèges d’Eure-et-Loir en insistant en particulier sur l’augmentation des effectifs par classe induite par la faiblesse de la dotation départementale (-9HP et + 3 HSA pour un nombre d’élèves équivalents en collège (+17 hors Ulis et SEGPA).
Pour la rentrée 2019, cette augmentation concerne en particulier les classes des collèges défavorisés c’est-à-dire relevant ou devant relever de l’éducation prioritaire. Le nombre d’élèves par classe y est prévu par la DSDEN en hausse de +0,25.
De son côté Mme l’Inspectrice d’Académie s’est déclarée satisfaite des retours positifs des établissements sur cette dotation. La FSU a insisté sur le fait qu’aucun enthousiasme ne déborde des salles des profs où, simplement, on assiste à une prévision de rentrée permettant globalement de maintenir les conditions de la rentrée précédente. Ceci n’empêche pas que plusieurs collèges voient ces conditions fortement dégradées notamment à Chateauneuf et Bonneval où, comme nous l’avons exprimé, très paradoxalement, les services académiques incitent à améliorer les résultats au DNB...mais la dotation conduit à augmenter fortement les effectifs en classe de troisième ! Idem à Courville où les discussions autour de la contractualisation pointent la nécessité d’améliorer la maîtrise de la langue...mais où la dotation amène à réduire les dédoublements en Lettres, à diminuer l’horaire de Latin (LCA) ainsi qu’à supprimer un poste de Lettres Modernes !
Nous appuyant sur les remarques des représentants des parents d’élèves en ce qui concerne les moyens des vies scolaires, nous avons insisté sur la nécessité de prévoir un abondement de la dotation départementale qui n’a pas bougé depuis la rentrée 2016 alors que de nombreux « contrats aidés » y ont été supprimés. La répartition de cette dotation doit être transparente et donc donner donc lieu à un Groupe de Travail du CTSD en juin 2019.

Vote de la répartition de la dotation départementale des collèges : Contre : 15, Pour : 4, Abstentions : 5

ULIS&SEGPA

La préfète a relevé notre demande récurrente de prise en compte des effectifs d’ULIS dans les effectifs des classes en indiquant vouloir interroger le ministre à ce sujet. La FSU a insisté sur ce point en indiquant que cela était particulièrement important pour les petits collèges où cette inclusion fait rapidement augmenter les moyennes d’effectifs par classe.
A propos de la création d’une 3ème ULIS au collège de Mainvilliers annoncée puis reportée, Mme la Secrétaire Générale a indiqué que cela faisait suite aux réticences du collège qui n’avait pas été informé de ce projet.
La FSU a également rappelé la nécessité d’une action forte en faveur des SEGPA et a exprimé son inquiétude concernant la SEPGPA de Pierre-et-Marie-Curie à Dreux. Mme l’Inspectrice d’Académie s’est engagée à la maintenir dans son intégralité de la 6ème à la 3ème. Nous veillerons particulièrement à ce que cet engagement soit tenu.

Éducation Prioritaire

Concernant l’Éducation prioritaire et notre inquiétude devant la dégradation des conditions d’étude et de travail, Mme l’Inspectrice d’Académie a affirmé qu’une révision de la carte était en cours pour une mise en place à la rentrée 2020 dans le sillage du rapport en cours de rédaction sur cette question.

Programme Pluriannuel d’Investissements (P.P.I.) dans les collèges

A la demande de la FSU, le PPI dans les collèges a été mis à l’ordre du jour conformément au code de l’éducation. Le Conseil Départemental (CD) a présenté les travaux :
• en fin de réalisation (collèges Hélène-Boucher de Chartres, Albert-Camus de Dreux et La Loge des Bois à Senonches),
• devant commencer dans l’année (collège Louis-Armand de Dreux, transformation de l’ESPE de Chartres en collège Jean-Moulin),
• à l’étude (Collèges d’Auneau, de Châteauneuf en Thymerais et Marcel-Pagnol à Vernouillet).
Par ailleurs la Vice-Présidente du CD a indiqué qu’un nouveau PPI allait être réalisé après une phase de diagnostic faisant l’état des lieux bâtimentaires des collèges, notamment sur le plan énergétique mais pas seulement. La FSU a insisté sur la nécessité que les représentants des personnels soient associés à ce nouveau PPI pour qu’il soit fondé sur des critères objectifs, ne donnant lieu à aucun soupçon de favoritisme pour tel ou tel établissement. La Vice-Présidente du CD a indiqué partager cet objectif. La FSU sera attentive au respect de cet engagement.

Équipements Sportifs des Collèges

Toujours à notre demande, un point a été fait sur la situation des 10 collèges « pilotes » dans lesquels le CD expérimente le paiement direct par l’établissement de l’utilisation des équipements sportifs. La FSU a en effet été saisie de problèmes dans 5 de ces 10 collèges (sur 9 retours) où les équipes d’EPS sont fortement incitées à réduire leur utilisation de ces équipements afin de réduire la facture ou alors leur dotation initiale a été revue à la baisse. Le CD a nié la réalité de ces incitations en les mettant sur le dos de choix des établissements ou des équipes pédagogiques. Il a justifié cette expérimentation par la nécessité de réduire les dépenses de fonctionnement en rapprochant les utilisateurs des payeurs. Le CD s’engage à rencontrer tous ces établissements afin de voir avec eux leurs réels besoins. A l’issue de ces visites, il a annoncé la réalisation d’un bilan de cette expérimentation avec les établissements. Mais si l’enveloppe n’était pas suffisante, il restait la possibilité de prendre sur les fonds de réserve de l’établissement. Suite à notre virulente intervention, la préfète a demandé que les représentants FSU des personnels soient associés à ce bilan et que les critères d’attribution de cette dotation puissent être révisés.

Scolarisation des Allophones

La FSU a également évoqué la question de la scolarisation des allophones. Nous avons souligné les efforts faits dans le département sur cette question, suite à nos fréquentes interventions. La rentrée 2019 sera ainsi marquée par la création de deux nouvelles UPEAA sur Nogent-le-Rotrou dans le 1er et dans le 2nd degré. Nous avons insisté sur les problèmes posés par l’orientation post-3ème et celle des arrivants d’âge lycée (15 à 18 ans), problèmes liés à l’insuffisant nombre de place en milieu scolaire. La FSU a également alerté Mme l’Inspectrice d’Académie sur le sort des jeunes orientés par l’ASE vers une scolarisation au Château des Vaux car il semble que ces jeunes ne soient pas évalués scolairement et donc orientés par le CIO, contrairement à la réglementation concernant les jeunes âgé-e-s de 11 à 18 ans. Mme l’Inspectrice d’Académie nous a répondu être attentive à ces questions et nous a invité à la solliciter directement pour lui signaler les cas de jeune dont la scolarisation poserait problème.

Centre de Détention de Chateaudun

Enfin, la FSU a alerté Mme la Préfète sur les difficultés rencontrées par nos collègues exerçant auprès des détenus du centre de détention de Chateaudun. Depuis plusieurs années, ils demandent la création d’un poste de Professeur des écoles afin de mieux répondre aux demandes des détenus et de l’institution pénitentiaire. Ce centre de détention est en effet le moins bien doté de l’académie alors qu’il est celui qui accueille le plus de détenus. Mme la Préfète s’est engagée à solliciter directement le Ministre de l’éducation Nationale et le Directeur de l’Administration Pénitentiaire de cette demande. La FSU espère que cette demande sera enfin entendue.

Vos représentant-e-s FSU au CDEN : Tania Fourmy, Christian Guérin, Clémentine Ingold, Julien Jaffré, Pierre Licout et Olivier Thomas

PDF - 137.5 ko
Déclaration FSU au CDEN du 4 février 2019


[1CDEN = Conseil Départemental de l’Éducation Nationale, instance où les représentants des collectivités locales (maire, conseillers départementaux et régionaux) et les représentant-e-s des consacré à la préparation de la rentrée 2019