Moyens Vie Scolaire : le SNES-FSU 28 mobilisé

mercredi 10 juillet 2019

Depuis de nombreuses années, les vies scolaires des collèges comme des lycées souffrent d’un manque de personnels pour assurer l’ensemble des missions confiées aux assistants d’éducation. Ceux-ci se voient donc souvent réduits à des tâches de surveillance et n’ont pas le temps de mener les actions éducatives dont les collégiens comme les lycéens ont besoin pour réussir leur scolarité et leur insertion dans la communauté scolaire.

Fin mai 2019, le SNES-FSU 28 a alerté l’Inspectrice d’Académie sur cette question en lui demandant la réunion d’un groupe de travail entre l’administration et les représentants de tous les personnels (élu-e-s au CTSD*) pour travailler la répartition de ces moyens pour la rentrée 2019. Cette répartition n’a en effet pas bougé depuis la rentrée 2016, alors que depuis les contrats aidés ont été supprimés, y compris ceux qui étaient en vie scolaire.

Nous regrettons que l’IA aie rejetée notre proposition qui aurait permis un travail en toute transparence. Après plusieurs échanges, nous avons néanmoins obtenu la connaissance de la dotation pour la rentrée 2019 : + 20 ETP pour l’académie, répartis uniquement vers les collèges (+20,6 contre -0,4 en LGT*, -6,5 en LPO*,+0,3 en Lycée Pro) mais pas vers les collèges du département (-1 ETP selon le document du rectorat, -2 ETP selon la répartition présentée au CDEN de la rentrée 2018).

Selon un courrier du rectorat transmis par l’IA, la répartition de cette dotation a été décidée uniquement entre l’administration et les seuls représentants des personnels de direction, à l’exclusion des représentants des personnels d’éducation (CPE et AED). Quelle étrange conception du « dialogue social » !

Cette répartition a retenu les critères synthétisés dans les deux tableaux suivants :

JPEG - 80.1 ko
Critères de répartition AED part fixe :
JPEG - 54.7 ko
Critères de répartition AED part variable :

A partir de ces critères, selon la démarche décrite par le document du rectorat, une dotation théorique est calculée pour chaque établissement. Cette dotation théorique pour la rentrée 2019 est ensuite comparée à la dotation à la rentrée 2018. Puis, selon le résultat de cette comparaison, la dotation de l’établissement est abondée ou réduite.

A ce jour, nous ne disposons pas du document présentant cette comparaison ainsi que les décisions d’abondement ou de réduction des dotations. Nous en faisons la demande à l’IA dès maintenant. Quoi qu’il en soit, cette dotation comme sa répartition ne sont pas satisfaisantes puisque :

  • les collèges du département perdent 2 ETP alors qu’ils ont gagné plus de 250 élèves depuis la rentrée 2016,
  • idem : les lycées généraux et technologiques du département ont gagné également plus de 250 élèves sur la même période, sans obtenir de moyens supplémentaires en vie scolaire,
  • au contraire, cette dotation en lycée comme en collège oublie les suppressions de tous les postes de contrats aidés décidés pour la rentrée 2017, suppressions qui ont durement impacté le fonctionnement des vies scolaires.

La rentrée s’annonce donc difficile dans les vies scolaires comme dans les classes.

La consultation lancée par le SNES-FSU 28 dans le département a fait apparaître des besoins de l’ordre de 10 ETP pour espérer fonctionner normalement.

Nous en sommes malheureusement très loin en raison des choix budgétaires du ministère qui ne sont pas à la hauteur des enjeux éducatifs du service public d’éducation.