TZR : Défendons-nous !

lundi 5 janvier 2004

Cette année, plus encore que les précédentes, nous assistons à une recrudescence des problèmes liés au remplacement. Les TZR en font depuis la rentrée directement les frais :

- difficultés liées au versement légal des ISSR : retards voire refus de versement.

- affectations toujours plus PRECAIRES :

  • affectations hors-zone devenues monnaie courante,
  • affectations sur 2 voir 3 établissements parfois trés éloignés,
  • affectations hors-discipline.

... quand il ne s’agit pas des trois cumulées !

Mais tout ceci n’est que l’amer avant-goût des réformes déjà engagées par le gouvernement ou qu’il envisage dans un proche avenir.

L’objectif du ministère est clair : supprimer la fonction de TITULAIRES sur Zone de remplacement

La circulaire "Mutations" organise, dès cette année, la dégradation des conditions d’affectation des TZR et prévoit pour l’année prochaine la disparition des maigres compensations qui pouvaient encore être liés à l’exercice des fonctions de remplacement.

  • Désormais, les recteurs ne sont plus tenus d’organiser une phase d’ajustement pour les TZR, avec recueil des leurs voeux et examen de leur barème. Sur ce point, la circulaire leur laisse les mains libres. Quand on voit comment se sont passées les affectations de dizaines de collègues à la rentrée sur notre académie, alors que le Rectorat était encore tenu de respecter un certain nombre de règles, on imagine ce qu’il pourrait en être dans un contexte de dérèglementation totale. La pression collective et syndicale sera nécessaire pour imposer à l’administration le maintien de ce minimum de garanties.
  • Les académies ont aussi la possibilité désormais, en supprimant des postes de TZR (les mesures de carte scolaire), d’affecter autoritairement les collègues sur des postes définitifs en établissement. Alors que rien ne justifie la suppression de nouveaux postes en ZR au vu du déficit de remplaçants, certains collègues risquent donc de se retrouver, contre leur gré, stabilisés pour plusieurs années sur un poste qu’ils n’auront pas désiré. Et quel poste ? puisque le rectorat considère comme une pratique de gestion normale de multiplier les postes à compléments de service. Demain, un poste définitif garantira encore moins qu’aujourd’hui stabilité et sécurité.
  • Enfin, dès la rentrée 2004, il n’y aura plus de bonification spécifique pour les TZR.
    • Si vous êtes actuellement TZR, cela veut dire que cette année est la dernière pour laquelle vous bénéficierez d’une bonification de 30 points au lieu de 10. Dès le mouvement 2005, les TZR avanceront au même rythme que les autres, à raison de 10 points par an. Tous ceux qui avaient accepté les contraintes du remplacement afin de rejoindre un peu plus vite l’académie de leur choix sont mis brutalement devant le fait accompli et se trouvent floués. La seule garantie donnée par l’administration pour l’instant est que les anciens TZR continueront de bénéficier en 2005 de l’ancienneté de remplaçant cumulée avant le mouvement 2004. Bien maigre garantie... et après 2005 c’est le flou.
    • Si vous devenez TZR au mouvement 2004, en le souhaitant ou par extension, vous subirez donc toutes les contraintes de la fonction sans aucune compensation, ni pour votre mutation ni pour votre rémunération. Dans un contexte de restriction budgétaire, le but du Ministère est double : dissuader des collègues attirés par les fonctions de remplacement et, paradoxalement, dans certaines disciplines, en obliger d’autres, souvent nommés par extension, à les exercer. Une fois de plus l’administration applique une logique comptable sans se soucier des personnels.

Au delà de ces mesures qui nous touchent de plein fouet, c’est bien d’un sabotage du système de remplacement par des titulaires dont c’est la mission qu’il s’agit.

Les victimes seront aussi bien nos élèves (professeurs non remplacés, continuité pédagogique bafouée...) que TOUS les enseignants (précaires victimes du manque de recrutement aux concours et examens professionnels, étudiants condamnés à la précarité pour les mêmes raisons, mais aussi tous les titulaires menacés par les projets d’annualisation et de bivalence : voir notre affiche qui détaille les déclarations des ministres )

Défendons-nous !

Informons, mobilisons nos collègues, les parents, les élus, la presse

Nous envisageons de réunir en janvier tous les TZR volontaires de l’académie (syndiqués ou non) pour faire le point sur la situation et organiser l’action, notamment au niveau académique.

Si vous êtes intéressé, envoyez-nous un mail en précisant le lieu (préfectures des 6 départements) et le moment de la semaine où cela vous serait le plus pratique.


Brèves

Demande de temps partiel 2016-2017

dimanche 16 octobre 2016

Les formulaires de demandes de temps partiel pour l’année scolaire 2016-2017 sont à retirer auprès du secrétariat de votre chef d’établissement et à retourner entre le 16 novembre 2016 et le 26 novembre 2016.

Mouvement inter 2016

jeudi 19 novembre 2015