Retraites Stage FSU Loiret le 3 juin

samedi 30 avril 2005

RETRAITES : Rien n’est bien réglé ! Pour mieux s’y retrouver dans ses droits, participez au stage de la FSU Loiret vendredi 3 juin 2005, de 9h30 à 16h30, au 10 rue Molière, à Orléans. Prévenez-nous de votre inscription !

- La loi de juillet 2003 bouleverse nos droits et les réduit considérablement. Elle rend chaque cas différent et il est difficile de s’y retrouver seul ? Puis-je encore prétendre à la CPA, au CFA, aux bonifications et aux majorations pour enfants ? Dans quelles conditions ? Où en sont les décrets d’application ?

- Quel sera le montant de ma pension ? Le calcul en sera fait au stage. Quand et comment en bénéficier ? Comment limiter les dégâts ? Quels aménagements des fins de carrière ?...

- La « réforme » n’étant pas financée, quels projets à échéances variables dans les tiroirs du gouvernement et du MEDEF et comment y faire face ?

Après l’attaque contre les fonctionnaires, il faut comprendre la solidarité entre les différents régimes de retraites et entre actifs et retraités. Souvent, d’ailleurs, sans le savoir, nous pouvons prétendre à une pension du « régime général » et à une retraite complémentaire. Nous sommes plus solidaires que jamais de tous les autres régimes, des actifs et des retraités que l’on tente de diviser. Pour réagir ensemble : quelles menaces nouvelles mais aussi quelle alternative ? et surtout, quelles actions possibles, tirant les leçons de 2003 ?

Le but du stage est de répondre dans le détail à l’ensemble des préoccupations individuelles -variables— mais aussi en les situant en perspective.
Le but n’est pas de donner des recettes toutes faites, mais de mieux connaître nos droits aujourd’hui, leur mise en cause, pour examiner la meilleure façon d’y faire face.


2 EXEMPLES SIGNIFICATIFS :

Et sans tenir compte des aggravations prévues en 2008 et 2012

* Une prof est née en 1960 et recrutée en 1985. Elle est mère de 3 enfants dont 2 seulement sont nés après sa titularisation mais avant 2004. Sa pension, à 60 ans (2020), devait atteindre 83% de son traitement brut (35 annuités et 3 ans de bonification, valant 2% du traitement brut chacun et le tout « majoré de 10%). Sa pension se trouve réduite à 59% (-24% du TBrut !) : 35 annuités et 2 ans de bonifications à 1,8% et une pénalité de 20% pour 19 trimestres de « durée d’assurance » manquants (148 au lieu de 167). Elle perd, en plus, la possibilité de toucher sa pension avant 60 ans.

* Un prof né la même année 1960, recruté en 1983 et ayant 3 enfants, pouvait prétendre à 60 ans à une pension égale à 81% de son TB ; elle est réduite, malgré la majoration de 10% pour les 3 enfants actuellement maintenue, à 56% (-25% du TBrut !) du fait de l’annuité passée de 2 à 1,8% et des pénalités (19 trimestres manquants coûtant 1,25% de décote par trimestres)

Ordre du jour proposé pour le stage "retraites"

1.Tour de table des attentes, des questions et des motivations personnelles

2. Le code des pensions de 64 et les transformations intervenues
Les fondements : « budgétisation », « péréquation » et « assimilation », primes et indemnités exclues...
Le « droit à pension » et le « droit à retraite avec pension » ; le calcul ; les annuités, la validation d’années de services, les bonifications et les majorations ; CFA et CPA...Retraite pour invalidité, temps d’études, MA à temps partiel ...

3.. Les autres régimes dans la Sécu : droits et reculs programmés
Les régimes spéciaux. Le régime général et le calcul des droits. La répartition. Les régimes complémentaires : ARRCO, AGIRC, IRCANTEC, les plans d’épargne... En quoi sommes-nous concernés ?

4. Les mauvais arguments de la « réforme Fillon » pour remettre en cause nos droits : DÉBAT
Démographie, coût et déficits, équité...Europe, besoins des entreprises et compétitivité...
Les propositions inadéquates : réforme ou non ; quelle réforme ? fonds de pensions

5. Quelle alternative crédible devons-nous faire valoir ? DÉBAT
Le PIB (les richesses créées) : la productivité, l’emploi, les rémunérations, la formation, croissance...
Quelle part des dépenses sociales et publiques peut-on consacrer pour les retraites ?
La solidarité contre la fuite illusoire dans l’assurance individuelle ou la capitalisation.

6. Quelle bataille pour le progrès ? Avec quels outils ? Y associer le plus grand nombre ? La bataille pour l’information, contre les dogmes et le fatalisme ; pour le débat le plus large.
À quels niveaux ? Nat, Acad., Dep, local ; la FSU et les autres. Quelles formes et quels outils ?
L’action unie, public et privé, actifs et retraités