Les projets pour l’Éducation Nationale d’un ministre à bout de course et d’un gouvernement discrédité

mercredi 17 juin 2020

Le 2S2C : un cheval de Troie généreux en apparence

Le projet de M. Blanquer n’est pas à prendre à la légère. Certes, il a peu de chance d’aboutir étant donné le peu de marges de manœuvre dont dispose le ministre de l’Éducation Nationale, systématiquement remis en cause dans ses déclarations et recadré par l’exécutif.
Celui-ci prévoyait d’utiliser une partie du temps scolaire pour faire des pratiques sportives (mais pas de l’E.P.S. !), des projets citoyens (mais pas de l’E.M.C. !), des sorties culturelles (mais sans enseignants !) et en rapport avec la santé (mais sans infirmières ni médecins scolaires !). Toutes ces activités sont depuis des années attaquées, soit par la cour des comptes (qui accuse l’E.P.S. de ne pas être assez efficace dans la formation des futurs athlètes), soit par les réductions budgétaires (régulièrement, les budgets dédiés aux « sorties » sont rognés pour les collèges et les lycées).
Ce projet, qui semble sorti du chapeau de JM Blanquer afin de détourner l’attention en période de Covid doit pourtant être pris au sérieux. S’il a été proposé dans la précipitation, il traduit tout de même la vision que JM Blanquer a de l’école publique. Une école où les activités culturelles, de loisirs, sportives et de santé seraient externalisées à des acteurs privés ou semi publics : associations sportives, centres aérés…. Mais sans enseignant et sans projet pédagogique. L’objectif est bien sûr de récupérer les postes des matières qu’il ne considère pas comme « fondamentales », d’en tarir le recrutement et à terme, de faire de l’École Publique uniquement une école du socle. Les élèves favorisés et les écoles privées auront les moyens de compléter cette offre minimale, les autres devront se contenter d’un ersatz ou d’un saupoudrage de ce qui fait notre culture commune.

Détachement d’office des Fonctionnaires dans le privé pour faciliter la privatisation de l’École

Cela nous amène à une autre actualité, législative celle-là, qui fait suite à la Loi de transformation de la Fonction Publique (Décret n° 2020-714 du 11 juin 2020). Profitant de l’interdiction de manifester durant l’épidémie de Covid 19, le gouvernement avance dans son projet de destruction de la Fonction Publique. Nouvelle pierre à l’édifice : l’obligation pour un fonctionnaire dont l’activité est transférée dans le privé d’y être détaché (de manière collective et non négociable). Pour l’instant, des garanties de retour en cas de licenciement ou à la fin du contrat dans son ancien corps existent, mais encore faut-il que la Loi reste inchangée et que l’activité existe toujours.
Cette Loi va permettre d’externaliser de nombreuses activités autrefois encore entre les mains des collectivités territoriales (nettoyage, restauration…). Toutefois, les enseignants auraient tort de se croire à l’abri. Les Psychologues de l’Éducation Nationale (anciennement COP) sont en première ligne dans cette transformation. De plus, les enseignants des spécialités de Bac Pro peuvent aussi être menacés d’un détachement d’office d’une partie des formations auprès des GRETA, des CFA ou d’écoles privées entrepreneuriales. Ils pourraient y perdre bien plus que leur statut.
Si l’on associe cette possibilité de détachement et les 2S2C, le projet de M. Blanquer s’éclaire : en effet, les 2S2C semblent aberrants si l’on considère qu’ils vont s’ajouter aux enseignements déjà proposés. En revanche, l’idée du ministre est plutôt de substituer aux enseignants formés des « animateurs extérieurs » mal payés, voire de transférer ces enseignants vers des structures privées chargées des activités. Ce scénario peut sembler aujourd’hui peu réaliste mais est-il vraiment irréalisable ? En cas de passage en force, peut-on imaginer un mouvement massif des collègues pour défendre les Arts Plastiques, l’Enseignement Musical ou l’E.P.S. ? Il y a un vrai risque de réduire l’enseignement à peau-de-chagrin, autour d’un projet rétrograde basé uniquement sur les fondamentaux.

M. H.


Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique