CTA du 15/01/2019. RIP le dialogue social ?

mercredi 16 janvier 2019

Vous trouverez en pièce jointe la déclaration de la FSU au CTA du 15/01/2019.
Extrait :
"Ce CTA se tient le jour où s’ouvre le grand débat national, où tout est censé pouvoir être discuté, excepté ce qui ne peut pas l’être.
Ce grand débat est introduit par une longue lettre du président. Concernant la fonction publique, la façon dont le débat est posé laisse perplexe :
« Nous ne pouvons poursuivre les baisses d’impôts sans baisser le niveau global de notre dépense publique. Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ? Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? A l’inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer »
Aborder la question des services publics de cette façon est pour la FSU particulièrement problématique et démontre bien que de « grand débat », il est surtout question pour la fonction publique d’abonder dans le sens de la politique néo-libérale de destruction de services publics au détriment des usagers et au profit du privé."

A l’ordre du jour également, était présentée la carte des enseignements de spécialité "pour information". Les 3 organisations syndicales présentes (FSU, FO, UNSA) ont demandé à ce que cette carte soit présentée au vote.
Refus CATEGORIQUE de la Rectrice sous prétexte que la carte a été présentée et votée en CAEN.
Interruption de séance demandée par la FSU.
Refus de nouveau catégorique lors de la reprise du CTA.
Les OS ont fait mentionner dans le procès verbal ce refus.

Important : les enseignements de spécialité sont conditionnés à un certain nombre d’éléments selon les documents mêmes du rectorat : effets de seuils, modalités de traitement des voeux des élèves, nombre de groupes, limites liées aux emplois du temps, disponibilité de la "ressource humaine" (NDLR : par exemple des professeurs formés à enseigner les NSI par exemple). Le rectorat n’a pas souhaité définir d’emblée des seuils, afin de voir au cas par cas. Cela peut s’entendre, si tant est que le contexte de suppressions de postes n’est pas favorable à des ouvertures en masse de spécialités, contrairement aux allégations du ministre. De même, nous invitons les collègues à ne pas accepter les pressions sur l’enseignement de la NSI. Enseigner une discipline, cela s’apprend, le chef d’établissement ne peut pas vous forcer à enseigner une discipline ou accepter de suivre une formation pour l’enseigner..sauf si vous êtes volontaire.

Autre point : les moyens alloués au premier et au second degré pour la rentrée 2019.
Vote unanime contre des organisations syndicales, qui ont ajouté au procés verbal la déclaration suivante :
"Nos 3 organisations syndicales présentes au CTA (FSU, FO, UNSA) souhaitent inscrire au PV leur opposition unanime aux dotations prévues pour le premier et le second degré qui vont à l’encontre d’un véritable service public d’éducation en faveur de toutes et de tous. Nous continuerons de dénoncer et de nous opposer à la casse des services publics et de la fonction publique telle que menée par ce gouvernement."

Face à ce vote unanimement défavorable, le CTA est de nouveau convoqué mardi 22/01/2019


Documents joints

Déclaration de la FSU au CTA du 15/01/2019
Déclaration de la FSU au CTA du 15/01/2019