Après la galère du stage, le parcours du combattant du néo-titulaire ?

lundi 8 septembre 2008

L’an dernier, les stagiaires ont dû faire face à des conditions de formation plus difficiles : plus de classes en responsabilité, plus d’évaluations, notamment. Nous avons soutenu et relayé les revendications des nombreux stagiaires qui ont exigé des allègements (audiences auprès de la Direction de l’IUFM, pétition très largement signée).

Si vous êtes néo-titulaire en première année, vous allez toucher une prime de 1500 euros, ce qui est loin d’être négligeable, pour vous aider à vous installer, mais cette « générosité » ministérielle n’a rien de spontané, elle est bien à mettre à l’actif des fortes mobilisations de l’an dernier. Elle ne répond pas pour autant à la revendication d’une revalorisation importante du salaire de tous, à commencer par le vôtre.

Mais il ne faudrait pas que cette prime, largement médiatisée, dissimule les conditions d’emploi d’une bonne partie d’entre vous, en première et deuxième année après la titularisation : affectation comme TZR, sur plusieurs établissements, heures supplémentaires, et, en plus, l’important volume de formation, sans allègement de la semaine de travail, bien au contraire !

Alors que les premières années d’enseignement nécessitent de consacrer un temps considérable à l’appropriation de toutes les dimensions d’une profession complexe, il n’en est tenu aucun compte, puisque la formation qui est censée vous aider vient s’ajouter à votre service d’enseignement !

Le SNES est favorable à la progressivité de la formation ; des compléments de formation, en début de carrière, sont indispensables, mais dans d’autres conditions. Notre revendication pour les T1 (néo-titulaires en première année) est d’un demi-service d’enseignement, de manière à dégager un temps suffisant pour permettre l’articulation de la pratique de la classe et de la réflexion, et l’enrichissement de cette pratique par une formation continue bien pensée dans le prolongement de la formation initiale.

Le sort réservé aux néo-titulaires l’an prochain préfigure la mise en œuvre de la réforme de la formation initiale en cours d’élaboration, puisqu’elle prévoit la suppression de l’année de stage, la formation professionnelle s’effectuant pour l’essentiel après la titularisation, sur le tas, sous la forme du « compagnonnage » d’un tuteur de moins en moins disponible lui-même : ceci constitue une source de substantielles économies en même temps qu’une aberration à la fois pour l’enseignant débutant et pour ses élèves ! Nous combattons ce projet.

Nous vous appelons à participer aux actions qui se développent dès ce mois de septembre, pour faire connaître la réalité des conditions d’entrée dans le métier des nouveaux enseignants, et imposer d’autres choix, dans le cadre de la campagne d’opinion que nous lançons.

- voir la présentation du dispositif de formation

- pour contacter Véronique Mercy et Sylvie Lesné, en charge du suivi des questions de formation initiale, appelez au 02 38 780 780 les mardis et jeudis ou écrivez à s3orl@snes.edu.

- merci de prendre quelques instants pour compléter le formulaire ci-dessous (aucun champ de coordonnées n’est obligatoire mais merci de nous laisser au moins une adresse mail)

Enquête sur la situation des néo-titulaires
:
:
:
:
:
:
Etes-vous :
  •  
  •  
Avez-vous une décharge horaire pour suivre la formation :
  •  
  •  
:
Avez-vous un complément de service dans un autre établissement :
  •  
  •  
Combien d’heures supplémentaires :
Une journée a-t-elle été dégagée dans votre emploi du temps pour la formation, le lundi ou le vendredi :
  •  
  •  
Un professeur « accompagnateur » est-il prévu :
  •  
  •  
:
:
Acceptez-vous d’être correspondant du SNES ? (de faire partie d’une liste de diffusion favorisant l’échange des idées, des témoignages, des propositions d’action, etc.) :
  •  
  •  
Merci

Nous organiserons dans les départements des réunions spéciales pour les nouveaux titulaires, elles nous permettront de débattre avec vous des initiatives à prendre pour faire pression sur le rectorat et exiger une amélioration des conditions de formation des nouveaux enseignants.


Navigation

Articles de la rubrique